Le leadership féminin : caractéristique et manifestation

Les femmes sont appelés à participer activement dans les scénarios de pouvoir, non seulement avec leur présence mais comme des participantes actives, parce qu’elles ont le droit à la participation politique et dans tous les domaines de la société. En termes de construction de la société, la participation des femmes est essentielle pour bâtir le capital social, même si la dynamique politique dans certains cas de figure est de promouvoir la concentration et le pouvoir discrétionnaire, que des mécanismes d’isolement. Peu importe, à l’heure actuelle, la société est construite dans la maison, brisant les modèles et les formes d’exclusion et de marginalisation des femmes. Une des caractéristiques intellectuelles exclusives aux femmes est l’auto-apprentissage et la capacité à assumer des rôles de leadership au-delà des responsabilités de gestion au niveau local. Force est donc de reconnaître que les femmes en général ont une vision différente de la vie, du monde et de leur relation avec les différentes composantes de la société. Le problème est que culturellement il y a encore des stéréotypes très enracinées et l’existence des rôles traditionnels que les femmes et les hommes apprennent dans notre processus de socialisation. Potentiellement les femmes possèdent des caractéristiques qui pourraient faire ressortir un leadership transformationnel efficace pour changer la société. Pour se faire, ce changement nécessite un examen global du problème, de sorte que la présence des femmes aux postes de prise de décision ne soit pas purement descriptive mais de fond en incitant à des changements significatifs. Les femmes font une différence en tant que leaders de diverses manières visibles: elles apportent de la diversité à l’ordre du jour politique, elles priorisent les secteurs sociaux et négligés qui sont importants pour le bien-être général de la société. Elles servent aussi de modèles pour d’autres femmes, jeunes et vieux et  aident à briser les tabous (social, politique, culturel, économique) et à promouvoir la véritable démocratie de la société. Nous devons donc défendre non seulement le droit des femmes d’avoir une présence politique et sociale plus cohérente en fonction de leur présence réelle, mais aussi pour l’intégration dans la vie publique de leur vision et leur compréhension des problèmes de la vie. Cela permettra d’augmenter la qualité de la démocratie, car il ajoute la tolérance et la diversité.  Ces pistes de réflexion semblent de plus en plus être entendues particulièrement dans nos sociétés africaines. Étant donné le nombre de plus en plus important de femmes qui accèdent aux sphères de prise de décision et le rôle décisif qu’elles jouent dans l’économie en Afrique. On serait en droit de penser qu’elles ont aussi gagné en influence sur les politiques qui les touchent directement. Mais les pratiques culturelles ont la vie dure et les traditions sont difficiles à changer.